.

Pour les populations des camps, l'association offre une mobilité des images : 

un geste de reprise de liberté à la croisée des chemins et des destinées. 


Sur les routes du Kurdistan irakien

Par l'intermédiaire d'un coordonnateur de projet qui est en permanence sur place, des projections quotidiennes de films sont assurées. L'association des Ecrans de la Paix est présente dans plusieurs camps des gouvernorats d'Erbil et de Dohuk: Ankawa 2, Darashakran, Qushtapa, Bardarash, Debaga 2, Harshm, Qaymawa, Gawilan et Zelikan, camp qui a accueilli les premiers réfugiés venant de Mossoul lors de  sa reconquête.

Ces camps réunissent au total environ 60 000 réfugiés venant de Mossoul ou de la plaine de Ninive (Irak) mais aussi des villes d'Alep, de Qamishli, de Kobané, d'Hassaké et de Diralok (Syrie). 

Une itinérance organisée

Les projections ont lieu dans cinq camps différents, grâce aux relations nouées avec l'administration kurde présente dans les camps ainsi qu'avec le Haut Commissariat aux Réfugiés (UNHCR) et des ONG internationales. 

En ce qui concerne des projections thématiques "indoor", elles sont réalisées et organisées avec des partenaires tels que NRC (Norwegian Refugee Council) et Terre des Hommes Italie. De cette façon, leurs missions humanitaires s'associent avec nos propres missions cinématographiques afin de rencontrer tous les publics (enfants, femmes, adolescents).